Lymphoedème

Glossaire Lymphoedème, nouvellement diagnostiqué, Ma vie avec le lymphome et le Lymphoedème, Fibros, Bandage enveloppant, Lymphoedème pédiatrique, lymphoscintigraphie, Drainage manuel de lymphoedème, La Filariose Lymphatique, Traitement, Prévention de Cellulites, Erysipèle, Lymphangite, Lymphedema French (France)

Moderators: Birdwatcher, Cassie, patoco, Senior Moderators

Lymphoedème

Postby patoco » Fri Jun 09, 2006 7:53 pm

Lymphoedème

Lymphedema People

http://www:lymphedemapeople.com

============

Lymphoedème

Synonyme(s) MeSH: Maladie de Milroy ; Syndrome de Meige-Milroy-Nonne; Trophoedème; Éléphantiasis familial de Milroy.

============

Lymphoedème

La lymphe, un fluide clair, circule dans notre corps dans le système lymphatique, comme le sang circule dans les veines et les artères. Le système lymphatique, qui filtre les bactéries et les virus, joue un rôle essentiel en protégeant notre corps contre les infections et en maintenant l'équilibre du fluide lymphatique. Toutefois, certains facteurs comme les interventions chirurgicales reliées au cancer peuvent occasionner un dérèglement du système lymphatique et déclencher l'apparition du lymphœdème.

Le lymphœdème est une accumulation de liquide lymphatique dans les tissus conjonctifs qui cause des enflures dans les tissus des bras et des jambes surtout, mais aussi dans d'autres parties du corps comme le cou, le dos et l'abdomen.

Le lymphœdème ne doit pas être confondu avec un œdème résultant d'une insuffisance veineuse, qui n'est pas le lymphœdème. Cependant, une insuffisance veineuse non traitée peut progresser et conduire à des troubles veineux/lymphatiques combinés qui ont d'ailleurs le même traitement que le lymphœdème.

Le lymphœdème peut apparaître lorsque les vaisseaux lymphatiques n'existent pas ou se sont détériorés. On qualifie cet état de lymphœdème primaire. Il y a alors insuffisance du système lymphatique dès la naissance ou encore cette insuffisance se développe à n'importe quel moment de la vie d'une personne sans aucun facteur de risque relatif.

Lorsque les vaisseaux lymphatiques sont endommagés ou lorsque les nodules lymphatiques ont été enlevés, on dit alors que le lymphœdème est secondaire. Ce type d'insuffisance du système lymphatique est relié à un dommage ou à un traumatisme de ses structures. Les causes associées au lymphœdème secondaire sont l'accident, la chirurgie, l'infection grave et, on l'observe maintenant fréquemment, la radiothérapie.

Au Québec, environ 140 000 femmes, hommes et enfants vivent avec une forme ou l'autre de lymphœdème. Seulement 1 % d'entre eux sont traités. En effet, les professionnels de la santé commencent à peine à reconnaître les symptômes du lymphœdème.

Facteurs de prédisposition

Il existe plusieurs facteurs de prédisposition au lymphœdème :

- l'hérédité transmise par les gènes
- la radiothérapie
- la maladie congénitale
- la condition chronique de la peau
- la chirurgie
- le cancer
- le traumatisme
- la maladie veineuse chronique
- la paralysie
- la filariose
- l'immobilité

Facteurs de prédisposition

Il existe plusieurs facteurs de prédisposition au lymphœdème :

- l'hérédité transmise par les gènes
- la radiothérapie
- la maladie congénitale
- la condition chronique de la peau
- la chirurgie
- le cancer
- le traumatisme
- la maladie veineuse chronique
- la paralysie
- la filariose
- l'immobilité

Causes

La cause du lymphœdème primaire est inconnue. À ce jour, les recherches ont démontré que, dans ce cas, le système lymphatique présente des anomalies anatomiques.

Une étude récente sur la génétique du lymphœdème a permis d'identifier un gène défectueux, mais la recherche se poursuit. On ne sait pas actuellement si le gène défectueux est l'unique responsable du lymphœdème primaire.

Le lymphœdème primaire peut se manifester à la naissance, à la puberté ou à l'âge adulte. Plus il se produit tôt dans la vie, plus les signes et les symptômes de la maladie sont graves. Les personnes à risque d'acquérir le lymphœdème primaire seraient issues de parents présentant la maladie ou ayant des antécédents familiaux. Cependant, cette hypothèse n'est pas absolue, car certaines personnes ayant le lymphœdème primaire n'ont aucun antécédent familial relatif à cet état.

Les personnes à risque de développer le lymphœdème secondaire sont celles qui ont subi des interventions chirurgicales reliées au cancer et ayant nécessité l'ablation de ganglions. Cette procédure est souvent nécessaire lors d'interventions chirurgicales pour les mélanomes (cancer de la peau), les seins, le système reproductif (ovaires, utérus, prostate, testicules), la tête, le cou et l'abdomen (vessie, côlon, estomac).

La personne qui a subi une simple mastectomie ou l'ablation d'une tumeur mammaire ou une mastectomie radicale modifiée en combinaison avec la dissection d'une nodosité axillaire et souvent, une radiothérapie, est à risque. Le lymphœdème peut faire son apparition immédiatement après la chirurgie, après quelques mois, après deux ans ou même vingt ans et plus après la thérapie du cancer. Avec l'information et les soins qui conviennent, le lymphœdème peut être évité et, si la maladie apparaît, elle pourra être maîtrisée ou même enrayée.

Les recommandations suivantes devraient être étudiées attentivement et vous devriez discuter avec votre médecin ou votre thérapeute avant de recourir à la chirurgie.

Diagnostic et symptômes

Le diagnostic du lymphœdème est basé sur plusieurs ou tous ces symptômes:
- gonflement des membres avec une flexibilité limitée,
- sensation de lourdeur des bras ou des jambes à la fin de la journée,
- gonflement accentué lors de journées chaudes ou humides,
- soulagement et circulation retrouvée en élevant le membre affecté,
- infections fréquentes du membre affecté (cellulite).

S'il n'est pas traité, le lymphœdème provoquera une augmentation de la partie du corps affectée jusqu'à trois fois de plus son volume initial et un durcissement des tissus (causé par la présence de protéines). D'autres conséquences observées sur la peau sont des plaies et des infections (cellulite). Une conséquence grave du lymphœdème st le lymphangiosarcome, une forme rare de cancer lymphatique.

Le lymphœdème non traité peut aussi réduire la disponibilité d'oxygène dans le système de transport, entraver la guérison de blessures et fournir un milieu de culture bactérienne qui pourrait se traduire en infections.

Traitements

Si le lymphœdème est incurable, il est cependant possible de contrôler votre état en réduisant le gonflement, ou du moins le garder sous contrôle. D'abord, avec quelques changements à votre quotidien, vous pouvez être une personne en santé qui vit avec le lymphœdème. Dans les dernières années, de meilleurs traitements sont devenus disponibles et des cliniques, des thérapeutes et des groupes d'entraide deviennent accessibles dans plusieurs endroits. La recherche et les remèdes sont souvent expérimentaux, vous devez donc être prudent dans vos choix et dans vos décisions. Un traitement qui fonctionne pour une personne ne donnera pas nécessairement les mêmes résultats pour une autre. Faites votre propre recherche et posez des questions pour trouver ce qui est bon pour vous.

Les traitements efficaces courants sont:

- la thérapie décongestive complète (TDC): une combinaison de la méthode de Vodder de drainage lymphatique manuel avec des bandages de compression des membres affectés est considérée comme le traitement le plus efficace disponible;

- le drainage lymphatique manuel (DLM): un doux massage qui améliore la circulation lymphatique dans le corps, en combinaison avec des bandages de compression. Il y a plusieurs écoles de formation en DLM et c'est une bonne idée de recourir à un thérapeute qui a été formé dans une de ces écoles;

- la nutrition: l'obésité est liée au développement et à la gravité du lymphœdème. Un régime faible en gras et à forte teneur de fibres est absolument indispensable;

-l'exercice: l'exercice général, comme la marche, la montée d'escaliers, la natation et l'élévation des bras ou des jambes, active la circulation et aide à lutter contre votre lymphœdème. Il y a également des exercices spécifiques qu'un thérapeute peut vous enseigner;

- les soins de la peau: une application quotidienne de crème hydratante pour ramollir la peau, la prévention de coupures et d'égratignures ainsi qu'une surveillance vigilante des éruptions sont de bonnes étapes à suivre pour empêcher l'infection;

-les vêtements compressifs: des bas élastiques solides, des manches ou des vêtements compressifs pour contenir le gonflement des parties affectées peuvent être achetés dans le commerce ou faits sur mesure. Les vêtements compressifs sont très utiles pour contrôler l'enflure, particulièrement si on les porte en même temps que des traitements manuels de drainage lymphatique.

Les traitements à employer avec prudence sont:

- les pompes pneumatiques: un manchon, une botte qui comprime électriquement le membre, de bas en haut, forçant la lymphe à circuler loin du secteur affecté. Bien qu'elle soit toujours suggérée par des médecins et des hôpitaux, les recherches ont prouvé que la pompe peut encombrer de nouveaux secteurs. On la recommande seulement dans un nombre limité de cas et pendant de brèves périodes

-les diurétiques: souvent prescrits par les médecins qui peuvent ne pas bien comprendre l'état, les diurétiques peuvent être dangereux. Ils réduisent le lymphœdème en extrayant l'eau du liquide lymphatique, laissant ainsi seulement la protéine, qui peut alors s'accumuler comme dépôts dans le corps et causer encore plus de durcissement des tissus à long terme.

Prévention des extrémités supérieures en 20 points

1. Consultez votre médecin aussitôt que vous prenez conscience d'une enflure au bras, à la main, aux doigts, au cou ou à la paroi thoracique, aux orteils, aux pieds, aux chevilles, aux jambes, à l'abdomen ou aux organes génitaux.

2. Faites prendre votre pression artérielle sur le bras non atteint, ou sur la cuisse, si vous souffrez de lymphœdème bilatéral. N'acceptez jamais de recevoir une injection ou une perfusion ou une prise de sang dans un bras atteint. Portez un bracelet d'alerte au lymphœdème. Appelez le 1 800 668-6381 pour plus de renseignements ou visitez le site Internet www.medicalert.ca.

3. Gardez le bras atteint ou à risque très propre. Utilisez de la lotion (Eucerin, Lymphoderm, Curel) après le bain. Essuyez votre bras avec douceur, mais à fond. Assurez-vous d'avoir bien asséché tous les replis de votre peau y compris entre vos doigts ou vos orteils.

4. Évitez les mouvements vigoureux et répétitifs avec la jambe ou le bras atteint comme frotter, pousser et tirer.

5. Ne soulevez jamais d'objets lourds avec la jambe ou le bras atteint. Ne portez jamais de sacs lourds en bandoulière du côté atteint.

6. Ne portez jamais de bijoux, d'élastique ou tout ce qui peut exercer une pression autour du doigt ou du bras affecté. Ne portez ni bas, ni chaussettes, ni sous-vêtements qui tiennent en place au moyen d'un élastique serré.

7. Évitez les changements brusques de température de l'eau quand vous prenez un bain ou faites la vaisselle. Abstenez-vous de sauna ou de bains dans des baignoires à remous. N'exposez jamais un membre affecté au soleil.

8. Évitez tout genre de traumatismes, ecchymoses, coupures, coups de soleil, brûlures, blessures sportives, piqûres d'insectes, égratignures de chat. Surveillez l'apparition de symptômes d'infection, si cela se produit.

9. Portez des gants pour faire du ménage, du jardinage ou tout autre genre de travail pouvant causer une blessure, même mineure.

10. Évitez d'enlever les cuticules autour de vos ongles des doigts comme des orteils et informez votre manucure ou pédicure.

11. Consultez votre thérapeute avant de faire des exercices physiques. Ménagez un bras ou une jambe à risque, si ça commence à faire mal, reposez-vous et élevez le membre atteint. Les exercices recommandés sont la marche, la natation, les mouvements d'aérobic, le vélo, certains mouvements de yoga ou de ballet. Ne soulevez aucun poids supérieur à 7 kilogrammes ou 15 livres.

12. Portez une manche ou un bas à compression adapté quand vous voyagez en avion, même un bandage complémentaire si le voyage est long. Buvez beaucoup de liquides pendant le trajet.

13. Si vous portez une ou des prothèses mammaires (dans le cas de l'ablation d'un sein), optez pour des prothèses légères car les prothèses lourdes exercent une trop grande pression sur les ganglions lymphatiques situés au-dessus de la clavicule. Portez des bretelles légèrement rembourrées, si nécessaire. Portez un soutien-gorge bien ajusté, préférablement sans armatures.

14. Utilisez seulement un rasoir électrique pour couper les poils. Nettoyez le rasoir souvent et remplacez la tête du rasoir au besoin.

15. Portez toujours une manche ou un bas à compression bien ajusté sauf durant le sommeil. Consultez votre thérapeute pour l'ajustement de votre manche ou de vos bas tous les 4 à 6 mois, car ce vêtement peut devenir trop ample, la circonférence du membre pouvant diminuer ou le vêtement s'user.

16. Consultez votre médecin immédiatement si vous constatez la présence de rougeur, de démangeaisons, d'une augmentation de température ou de la fièvre. L'inflammation du membre affecté pourrait indiquer le début ou la progression du lymphœdème.

17. Maintenez votre poids idéal en adoptant un régime équilibré, à faible teneur en sodium et à haute teneur en fibres. Évitez de fumer et de consommer de l'alcool. Le lymphœdème est un œdème haut en protéines, mais si vous consommez trop peu de protéines cela ne réduira pas l'élément protéique du liquide lymphatique; au contraire, cela pourrait affaiblir le tissu conjonctif et aggraver la maladie. Votre régime devrait contenir des protéines facilement assimilables contenus dans le poulet, le poisson ou le tofu.

18. Portez toujours des souliers fermés à l'extrémité. Des bottes hautes et bien ajustées sont très recommandées. Évitez le port de sandales ou des pantoufles et ne marchez jamais pieds nus. Portez toujours des bas ou des chaussettes propres.

19. Consultez un podiatre annuellement pour prévenir les fongosités, les ongles incarnés, les cors, les durillons et le pied d'athlète.

20. Employez la poudre de talc sur les pieds, particulièrement si vous transpirez beaucoup. Le talc aidera à enfiler les bas à compression. Un peu de poudre appliquée derrière les genoux aide à prévenir les frottements et l'irritation.

(Recommandations du NATIONAL LYMPHEDEMA NETWORK)

Source: Association québécoise du lymphœdème (AQL)

SERVICE VIE

http://www.servicevie.com/02Sante/Cle_d ... x113d.html

..........

Grades du lymphoedème

Grade 1 - léger et spontanément réversible
L'oedème est apparent à la pression de la peau (prend la forme de l'objet qui la compresse). Il diminue à l'élévation du membre.

Grade 2 - spontanément irréversible
La pression des doigts ne laisse plus de marque. La fibrose est installée, marquant le début du gonflement du membre qui commence à durcir. L'élévation du membre ne diminue plus l'oedème.

Grade 3 - "elephantiasis lymphostatique"
Le membre est très gros et dur (fibrotique), le gonflement est irréversible. A ce stade, on peut tout de même envisager la chirurgie de débridement.

http://www.essentielles.net/dossiers/ly ... .asp?s=200

..........

Contre-indications au traitement du lymphoedème

Beaucoup de spécialistes du lymphoedème sont contre ce traitement multi mode (aussi appelé Thérapie Décongestive Complexe) dans les cas de récidive ou d'invasion métastatique, afin de ne pas favoriser la propagation des cellules cancéreuses via le réseau lymphatique. Il est primordial de demander l'avis de spécialistes avant d'entreprendre un traitement.

Plus généralement, voici les autres contre-indications :

*Toute douleur doit faire cesser le traitement et amener à consulter au plus vite

*Tout gonflement subit et anormal doit amener à consulter car il peut être le signe d'une récidive

*La lymphangite (infection grave) : arrêter immédiatement le traitement et consulter

*Insuffisance cardiaque : le traitement surcharge le cœur en liquide, les patients doivent donc être suivis de près. Idem pour les patients sous anti-coagulants (risque de thrombophlébite).

http://www.essentielles.net/dossiers/ly ... .asp?s=200

..........

Traitements

Elévation du bras : pour un oedème léger

Pour un oedème léger seulement, l'élévation du bras peut soulager celle qui développe un lymphoedème, la gravité aidant naturellement l'écoulement de la lymphe. Pour un oedème plus important, cette méthode a peu d'effet. L'élévation du bras seule ne constitue pas un traitement efficace du lymphoedème, même si l'on pratique en même temps des exercices bras surélevé.

L'élévation du bras procure en fait un soulagement temporaire - l'impression de lourdeur diminue dans cette position - et doit être associée à d'autres traitements

Drainage lymphatique manuel : soulage mais insuffisant seul
Le drainage manuel de la lymphe a pour effet de faciliter la circulation du liquide dans le tissu conjonctif. L'effet d'étirement sur les vaisseaux lymphatiques stimule leur contraction et facilite la circulation de la lymphe à l'intérieur. En outre, le drainage régulier augmente le débit et la quantité des vaisseaux lymphatiques adjacents à la zone congestionnée, et peut effectivement réduire visiblement l'oedème du membre.

Le massage doit être pratiqué dans la direction du flot lymphatique par à coups légers.

Le drainage lymphatique doit lui aussi être associé à un programme de traitement de fond. Combiné par exemple à un vêtement de compression, il aide à contenir l'oedème.

Vêtements de compression : incontournables
Les vêtements de compression (manche ou un bandage) réduisent généralement efficacement le gonflement et doivent être portés tant que l'oedème persiste et pendant les exercices ou sollicitations du bras. La pression exercée sur la peau fait progresser le liquide lymphatique des tissus vers les vaisseaux pour l'évacuer plus facilement et soutient les muscles qui peuvent à leur tour augmenter la pression pour rétablir le flot lymphatique.

Pompes de compression: Elles doivent être utilisées en complément d'autres modes de traitement. Aujourd'hui, les protocoles d'utilisation sont définis au cas par cas, sous surveillance médicale. Pour éviter que l'œdème ne se reporte sur la paroi thoracique, celle-ci doit être drainée par un DLM.

Exercices : en association avec d'autres traitements
Comme les muscles aident à pomper le flot lymphatique en se contractant, l'exercice est le mode de traitement le plus généralisé. Mais attention à bien doser l'effort et à adopter des exercices spécifiques à chaque patiente car tout excès peut avoir l'effet contraire : augmenter l'oedème. Les exercices sont variés (flexions, rotations, exercices avec poids). Le programme des exercices augmente en intensité sans jamais dépasser le seuil de douleur. La marche et toutes les autres activités physiques douces sont toujours bénéfiques car en respirant correctement pendant l'effort, la pression thoracique diminue et facilite le flot lymphatique.

Traitement médicamenteux : controversé</b>Les benzopyrones (comme le Coumarin) agissent en aidant la décomposition des protéines dans le liquide lymphatique. Utilisé lui aussi en traitement multi mode, le Coumarin semble donner de bons résultats dans certains pays d'Europe (pour une prise de 6 mois minimum) mais a été retiré des marchés américains, canadiens et australiens en raison de sa toxicité hépatique et de ses effets secondaires. Les risques associés à la prise de ce médicament doivent être évalués plus précisément.

Laser : dans certains cas bénéfique
Appliqué sur la région touchée par la radiothérapie ou la chirurgie, il peut dans certains cas, réduire les adhérences (" aérer " les tissus), favoriser la guérison et diminuer la douleur. Dans certains cas, on a observé un retour de la mobilité du membre ainsi qu'une réduction de l'oedème.

La chirurgie : pas encore au point
Rares sont les cas où la chirurgie donne un bon résultat. Elle est généralement envisagée en dernier recours lorsque le traitement multi mode a échoué. Quant à la liposuccion, elle aggrave le lymphoedème en détruisant les vaisseaux lymphatiques qui restaient. En fait, le lymphoedème peut même apparaître suite à une chirurgie esthétique.

Le régime pauvre en protéines : inutile
Le tissu conjonctif entourant le système lymphatique a besoin de protéines pour fonctionner de manière optimale. Adopter un régime alimentaire pauvre en protéines ne soulage donc pas du lymphoedème. L'excès de graisses, en revanche est à éviter, car l'accumulation de graisse dans les tissus et dans les membres, rend le lymphoedème plus difficile à traiter.

Les diurétiques : inefficaces
Les diurétiques favorisent l'élimination de l'eau tandis que le lymphoedème est dû à une accumulation de protéines dans les tissus. Les diurétiques augmentent donc la concentration en protéines, effet plus nocif que bénéfique.

http://www.essentielles.net/dossiers/ly ... .asp?s=200

..........

Recommandations

Prévention de la lymphangite


Il faut consulter immédiatement un médecin si vous avez un ou plusieurs des symptômes suivants:

rougeur et bras très chaud (signe d'une infection qui peut menacer la vie). Ce cas demande un traitement médical immédiat.

sensation de peau étroite, qui tire

sensation de lourdeur

sensation de picotement et d'aiguilles

douleur importante

gonflement ou augmentation de taille

douleur à l'épaule

douleur à l'omoplate

écoulement de liquide lymphatique par la peau

Recommandations officielles

Cette liste de recommandations est destinée aux patientes susceptibles de développer un lymphoedème et est issue du National Lymphedema Network (http://www.lymphnet.org/)

1. Etre attentive à tout gonflement du bras, de la main, des doigts ou de la poitrine. Consulter immédiatement dans ces cas.

2. Ne JAMAIS permettre une injection, une prise de sang ou la prise de tension artérielle sur le bras concerné. Si vous souffrez d'un lymphoedème bilatéral, faites vérifier votre tension sur la cuisse.

3. Sécher très soigneusement le bras et la main après la toilette et utiliser un lotion spéciale pour l'hygiène du bras : Lymphoderm, Eucerin, Curel, etc.

4. Ménager le bras touché : ne pas porter d'objets lourds, de sacs en bandoulière du côté atteint, ne pas faire de mouvements brusques et/ou répétitifs (cirer son parquet, faire les vitres, tirer les portes lourdes, etc.)

5. Ne pas porter de bijoux serrés autour du bras ou des doigts : changez votre alliance de main ou enlevez-la si votre bras gauche est touché. Ne pas retrousser sa manche pour serrer le bras.

6. Ne pas exposer votre bras au soleil, ne pas prendre de coup de soleil. De même, éviter les bains chauds ou la vaisselle à l'eau très chaude. Pas de sauna.

7. Ne pas dormir sur le bras menacé.

8. Le tricot, le crochet sont déconseillés pendant de longues heures consécutives, de même que tout ce qui peut vous ankyloser..

9. Eviter toute blessure (même minime) au bras ou à la main du côté concerné : égratignure ,coupure, brûlure, coup, piqûre d'insecte, griffure de chat, piqûre de rosier en jardinant, etc. portez des gants ou une protection adaptée si vous devez faire des travaux susceptible de générer ces blessures : gants jardinage, dé à coudre, etc. De même, si vous rasez vos aisselles, utilisez un rasoir électrique pour éviter les risques de coupure sous le bras. Lorsque vous vous manucurez, ne coupez pas les cuticules, repoussez les avec un petit bâtonnet.

10. En avion, porter une manche de compression bien ajustée et des bandages supplémentaire si le trajet est long. Buvez beaucoup pendant le voyage.

11. Faire de l'exercice est important, mais consultez votre thérapeute. Ne fatiguez pas un bras à risque; si le bras commence à vous gêner, reposez-vous et élevez-le. Exercices recommandés : la marche, la natation, les mouvements aérobics légers, le vélo, des mouvements de yoga ou de ballet spécifiquement conçus. (Ne soulevez pas de poids plus lourd que 7 kg).

12. Pour les femmes à forte poitrine, porter des prothèses mammaires légères (les prothèses augmentent la pression sur les ganglions lymphatiques du cou). Utiliser un soutien-gorge bien ajusté, pas trop serré et idéalement sans armatures métalliques

13. Attention, consulter immédiatement son médecin dans les cas suivants : éruption cutanée, démangeaison, rougeur, douleur, augmentation de la température ou de la fièvre. Une lymphangite (infection) dans le bras affecté peut être le début ou la détérioration du lymphoedème.

14. Maintenir son poids idéal avec un régime équilibré riche en fibres et en protéines faciles à digérer (poulet, poisson, tofu). Diminuer l'apport alimentaire de protéines ne diminue pas la composante protéique du liquide lymphatique; mais cela pourrait plutôt affaiblir le tissu conjonctif et détériorer la condition de votre bras.

15. Eviter de fumer et de consommer de l'alcool.

16. Porter une manche de compression bien ajustée pendant la journée. Consultez tous les 4 ou 6 mois pour un suivi. Si la manche est trop ample, soit elle est usée, soit votre lymphoedème diminue !

http://www.essentielles.net/dossiers/ly ... .asp?s=200

..........

Images diagnostiques

http://images.google.fr/images?q=Lympho ... a=N&tab=wi

..........

La lymphe et le système lymphatique

http://bio.m2osw.com/gcartable/cardiologie/lymphe.htm

..........

Définitions:

--------

Le ganglion lymphatique (1)

le ganglion lymphatique est envahi par de nombreux cancers voisins. les ganglions lymphatiques sont des nodules généralement disposés le long d'un vaisseau lymphatique et concentrés dans certaines régions du corps : les ganglions superficiels (au cou, aux aisselles ou aux aines) sont accessibles à l'examen clinique, les ganglions profonds (dans le médiastin ou l'abdomen), nécessitent des examens complémentaires (figure). ils ont une double fonction : ils filtrent la lymphe dont ils arrêtent des composants anormaux (particules inertes, microbes, cellules cancéreuses); ils jouent un rôle de défense immunitaire par l'intervention, sur place ou à distance, des lymphocytes qu'ils contiennent. malgré le petit volume de chaque ganglion (moins de 2 cm de diamètre), leur grand nombre dans l'organisme (plus d'une centaine) aboutit à une masse globale substantielle. les maladies des ganglions sont rarement primitives comme les lymphomes. elles sont le plus souvent secondaires à la propagation au ganglion d'un agent morbide provenant d'un foyer primitif voisin et véhiculé par la lymphe dans un vaisseau lymphatique. il s'agit le plus souvent d'un agent infectieux, à partir d'une plaie ou d'un abcès, en général d'une bactérie. il peut aussi s'agir des cellules cancéreuses détachées d'une tumeur primitive pour migrer à distance, par voie lymphatique. la propagation de telles cellules à un ganglion voisin est d'abord microscopique. celui-ci augmente ensuite de volume : on parle d'adénopathie. un ganglion peut être tuméfié au voisinage d'un cancer, du fait d'une inflammation, sans être envahi. à l'inverse, il peut être envahi sans être palpable.tous cancers confondus, les ganglions sont les organes les plus fréquemment envahis. leur atteinte est l'étape régionale de la propagation tumorale, après l'étape locale de la tumeur primitive, avant l'étape de généralisation (métastase). elle est identifiée par la lettre n (de node en anglais) de la classification tnm, intermédiaire entre la tumeur primitive t et les métastases m.

(1) http://www.fnclcc.fr/fr/patients/dico/d ... nition=624

--------

Lymphe

Liquide biologique blanchâtre circulant dans son propre réseau de vaisseaux (le système lymphatique) avant de rejoindre le sang veineux près du coeur.

--------

Lymphocyte

Petite cellule mobile du sang, de la moelle osseuse et des tissus lymphoïdes (rate, ganglions lymphatiques) qui joue un rôle central dans le système immunitaire. Il y a plusieurs familles de lymphocytes, dont une est responsable de la synthèse des anticorps. Les lymphocytes font partie de la famille des leucocytes (globules blancs).

--------

Lymphoedème

Rétention de liquide (voir oedème) dans les tissus due à une obstruction des vaisseaux lymphatiques et qui occasionne un gonflement sous la peau. Il peut apparaître au bras, en particulier après un cancer du sein, ou à la jambe après une opération ou une radiothérapie. Synonyme : gros bras, oedème lymphatique

--------

Lymphographie (1)

Radiographie de canaux et de ganglions lymphatiques injectés par un produit de contraste opaque aux rayons x. ce terme désigne principalement l'examen qui, après injection aux pieds, met en évidence les lymphatiques des membres inférieurs, du bassin, de l'espace rétro-péritonéal (partie postérieure de l'abdomen) et le canal thoracique. les autres voies d'abord ont été abandonnées. bien longtemps après le médecin hollandais a. nück qui avait réussi à injecter, en 1691, du mercure dans les lymphatiques d'animal, kinmonth réussit, en 1951, à colorer les vaisseaux lymphatiques en bleu, de façon sélective, par le patent blue violet (pbv). il devient possible de repérer ces vaisseaux spontanément peu visibles, de les isoler et d'y injecter une substance radio-opaque pour les visualiser sur une radiographie. les premiers essais ne sont guère satisfaisants. en 1961 à houston, wallace a l'idée d'injecter de l'huile d'œillette ultra-fluide marquée à l'iode (lipiodol) qui permet une opacification transitoire des canaux lymphatiques et durable, de six mois à deux ans, des ganglions. après injection, entre les deux premiers orteils, d'un mélange de pbv et d'anesthésique, le lymphatique coloré est repéré au dos du pied. la peau est incisée sur 1 cm, le petit lymphatique est libéré puis une très fine aiguille y est insérée. le produit de contraste est introduit simultanément des deux côtés, grâce à un système mécanique. l'injection dure environ une demi-heure; elle est indolore. la progression est suivie sous radioscopie télévisée et arrêtée lorsque l'opacification atteint les dernières vertèbres lombaires. la quantité de lipiodol est de l'ordre de 6 ml à chaque pied, modulée en fonction de l'âge ou de circonstances particulières. des radiographies sont faites en fin d'injection pour voir les canaux lymphatiques et 48 heures plus tard pour voir les ganglions. les anomalies recherchées associent des troubles de la progression du produit de contraste (images d'interruption) et des modifications des ganglions (augmentation de volume, lacunes, altération du piqueté, images fantomatiques, exclusion). grâce à une asepsie et une technique rigoureuses, il y a moins d'un accident ou incident pour mille examens. pendant une vingtaine d'années la lymphographie a été le seul moyen d'étudier les territoires lymphatiques. depuis 1980, de nouvelles techniques d'imagerie, l'échographie*, la scanographie et l'irm* l'ont définitivement supplantée. les indications actuelles de la lymphographie sont exceptionnelles.

Alain Le Treut., 16/5/2002
mise à jour le : 24/02/2003

(1) http://www.fnclcc.fr/fr/patients/dico/d ... nition=961

--------

Lymphoïde

Qui contient des lymphocytes (les amygdales sont des organes lymphoïdes) ; Qui participe à la fabrication des lymphocytes ; Caractérise deux formes de leucémie, la leucémie lymphoïde aiguë et la forme chronique, caractérisées par une multiplication anarchique de certains lymphocytes.

--------

Système lymphatique (1)

Système de vaisseaux, parallèles aux veines, qui ramène une partie des liquides de l'organisme, sous forme de lymphe, vers le cœur. ces vaisseaux lymphatiques sont répartis dans tout le corps, excepté le cerveau. leur trajet présente, en certaines régions, des ganglions lymphatiques qui constituent à la fois des filtres mécaniques et des barrières immunitaires susceptibles d'arrêter, par les lymphocytes qu'ils contiennent, des corps anormaux transportés par la lymphe ( figure in ganglions). les cellules cancéreuses font partie de ces composants inhabituels qui seront arrêtés, en grande partie ou en totalité, dans les ganglions où elles peuvent être détruites ou au contraire se développer, en formant un foyer tumoral secondaire et en entraînant une tuméfaction ou adénopathie. composé de lymphocytes et de quelques autres cellules associées, le tissu lymphoïde est omniprésent dans l'organisme. il est condensé dans ces ganglions ainsi que dans la rate et dans des formations associées au tube digestif : dans la gorge où se trouvent les amygdales et dans la paroi de l'intestin grêle. il est à l'origine de cancers primitifs qui sont les lymphomes malins.les vaisseaux lymphatiques peuvent être altérés au cours d'un cancer si la tumeur les comprime et gêne ainsi la circulation ou après une opération (évidement ganglionnaire) qui a enlevé un bloc de ganglions avec les canaux lymphatiques correspondants : il apparaît alors un lymphœdème à l'origine d'un jabot du cou ou d'un gros bras après le traitement d'un cancer du sein.le système lymphatique s'explore par l'examen médical qui permet de palper tous les ganglions situés en superficie, au cou, dans les aisselles et dans les aines. les ganglions profonds sont explorés par des radiographies : radiographie pulmonaire pour ceux du médiastin dans le thorax, scanographie ou lymphographie pour ceux de l'abdomen.

Bernard Hœrni., 16/5/2002
mise à jour le : 24/02/2003

(1)http://www.fnclcc.fr/fr/patients/dico/definition.php?id_definition=1579

--------

Données historiques sur le système circulatoire lymphatique

Dans la Grèce antique, les écoles d'Hippocrate et d'Aristote citaient l'existence de vaisseaux ne contenant pas du sang, mais un liquide transparent appelé "sanies".

Dans les 10éme et 11éme siècle après J.-C., des chercheurs arabes décrivent la circulation lymphatique. C'est au 17éme siècle que de grands progrès furent réalisés. En 1622, le savant italien Assli démontre chez le chien l'existence des vaisseaux lymphatiques.

En 1647, Jean Pecquet découvrit le canal thoracique et, en 1653, l'angle jugulo sous-clavier gauche, appelé actuellement par les lympho-thérapeutes le Terminus.

Dans la même période, le danois Thomas Bartholin décrit le système lymphatique.

Au 19éme siècle, l'anatomiste français F.Sappey met au point l'atlas de la circulation lymphatique qui, bien que beaucoup amélioré, est toujours valable.

Au début du 20éme siècle, le Français Rouviére publie une étude du système lymphatique profitant des progrès réalisés dans la recherche de colorants et de substances de contraste injectés dans les cadavres pour étudier l'anatomie du corps humain.

Le drainage lymphatique a comme ancêtre le chirurgien Winiwarter qui préconisait dans les années 1890 une action externe pour traiter ou activer le système lymphatique.

En 1932, Emil Vodder, physiothérapeute, biologiste et philosophe, réalise ses études du système lymphatique.

Il découvre, en traitant un patient atteint d'une sinusite chronique et d'acné au visage par des légers massages circulaires, la méthode du Drainage Lymphatique Manuel selon Vodder.

En 1936 il présenta sa méthode au salon de la santé à Paris et créa l'Institut de drainage lymphatique à Copenhague, des centres d'enseignement à Essen en Allemagne, à Walchsee en Autriche, à Lausanne, et petit à petit , dans le reste de l'Europe.

En 1984, il reçut le prix "Willhelm Rohrbach" pour ses travaux en physiothérapie.

La liste des chercheurs et des personnalité reliés à la lymphologie serait trop longue à énumérer, mais on ne peut pas omettre de mentionner des personnalités telles que: Asdonk, Kuhnke, Collard, Leduc et Földi.

http://www.permanence-medicale.ch/drainage.html
User avatar
patoco
Site Admin
 
Posts: 2175
Joined: Thu Jun 08, 2006 9:07 pm

Return to Lymphoedème

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests